Latest Entries »

intégration audiovisuelle by Dealight RéalisaSon
Le magazine des technologies audio pro

Lancé en 1999 à l’initiative de l’industrie audio professionnelle, RéalisaSon est un magazine présentant 6 fois par an un panorama de l’actualité technologique dans le domaine du matériel professionnel audiovisuel haut de gamme.

Au sommaire: reportages, tests matériels, dossiers et compte-rendus, qu’il s’agisse de sonorisation, d’installation fixe (théâtres, salles de concert, points de venrte), de production (studio, cinéma), et de broadcast (radio et télévision).

RéalisaSon compte désormais un cahier InstallaSon, dédié à l’intégration audiovisuelle et à l’ingénierie culturelle (Musées, expositions, parcs à thèmes).

RéalisaSon n’est pas vendu en kiosque, mais uniquement sur abonnement. Pour voir en ligne et s’abonner, cliquer ici
Inscription à la Newsletter gratuite : RéalisaSon

LIRE l’article qui nous est consacré « une concession audiophile, BMW  M. Pelras à Toulouse »

 

Publicités

Dealight a installé le premier système JBL Marquis en France

#alain-marc.malgaLe système Marquis JBL Dance Club Series pour la première fois installé en France.

 

Un reportage à suivre dans un prochain numéro de Sono Magazine

http://www.facebook.com/pages/Dealight-Initial-Project/112485622104316

Un spectacle signé Initial Project mêlant son, lumière, laser, vidéo et pyrotechnie

#InitialProject 1 Retracer histoire de Lézignan-Corbières, telle était la volonté de Michel Maique, le maire de cette commune de l’Aude, également Chef-lieu du canton. Un spectacle de 40 minutes imaginé par Initial Project à partir de photos, d’images d’archives parfois recolorées et d’une suite d’écrits soigneusement compilés et transcrits par le narrateur Roger Fabry. Les images sont l’œuvre de Daniel Ulldemolins, la bande son ayant été enregistrée dans les studios de Philippe Bonnafous. Des partenaires institutionnels de Initial Project.

 

#InitialProject 2

Théâtre de l’événement, l’église St Félix de Lézignan-Corbières, un édifice inscrit au titre des monuments historiques (1951). L’ouvrage présente un style gothique méridional et se distingue par son imposant clocher-donjon, témoin que l’église faisait en son temps partie de l’ensemble des fortifications de la ville.

 

#InitialProject 3Le plateau technique du spectacle rassemblait une équipe de techniciens aguerris au rythme et aux exigences du live. La sonorisation « façade » était traité en Alpha Nexo, le rappel s’appuyant sur une série d’enceintes PS15. Trois vidéoprojecteurs de 15 000 lumens Sanyo PLX 47 assuraient la projection d’un patchwork d’images, à la fois sur les murs de l’église et sur un écran de 9m x 5m. L’ensemble étant synchronisé en haute définition depuis une régie vidéo Roland V8000.

 

#InitialProject 4Le show lumière exploitait 12 projecteurs Beam 5R Starway, 16 projecteurs sur lyre « Led zoom 360 » RVBW Kinesik, 20 PAR Led RVBW, et deux lasers de 7W RVB Cittadini. Un éclairage d’animation complété de projecteurs architectural City Color pour les ambiances et la mise en valeur de l’édifice. Ces projecteurs ont la particularité d’offrir une palette illimitée de teintes. Un teaser du spectacle devrait bientôt être référencé sur You tube.

 

Conception et Réalisation

Initial Project (Philippe et Michel Nozeran)

Retrouvez Initial Project / Dealight Concept

Site http://dealight.fr/

Retrouvez Initial Project / Dealight Concept sur facebook

www.facebook.com/pages/Dealight-Initial-Project/112485622104316?ref=hl

 

 

 

 

14 juillet dernier à Narbonne, la ville inaugure la fin du chantier des Barques et du cours Mirabeau en offrant à quelque 40.000 spectateurs un grand spectacle vivant joué par le groupe OC.

 

Initial Project (Philippe Nozeran) gérait les fontaines, la pyrotechnie et le parc de lasers Cittadini composé de deux  lasers 20 watts RVB et de quatre lasers 7 watts couleur

Initial Project (Philippe Nozeran) gérait les fontaines, la pyrotechnie et le parc de lasers Cittadini composé de deux lasers 20 watts RVB et de quatre lasers 7 watts couleur

L’univers féerique imaginé par le scénariste Christian Salès dans ce décor grandeur nature mêle le son (Groupe OC) , l’image, la lumière (Cyril Prat), la pyrotechnie et le laser (Initial Project). Le cours Mirabeau, le pont des Marchands et le canal de la Robine sont transformés en un gigantesque amphithéâtre où, au travers d’une succession de tableaux extraordinaires, se raconte l’histoire et l’imaginaire de Narbonne.

« J’ai souhaité faire ressentir l’âme de Narbonne et des barques à travers un scénario, qui mêle rigueur historique, poésie et féerie. Cela représente plusieurs mois d’écriture de scénario, de musiques, mais encore la conclusion de plusieurs années de travail sur ce thème où toutes les périodes sont évoquées. En partie grâce aux travaux menés par le CNRS sur la musique antique, il m’a été possible de recomposer les musiques qui pouvaient être interprétées dans les Villas du Clos de la Lombarde dans l’Antiquité.

J’ai grandi à Narbonne, j’y ai appris la musique, c’est ma ville, et après avoir réalisé des spectacles pour un grand nombre de villes, en France et à l’étranger, j’éprouve un immense plaisir d’y revenir pour une telle création qui articule, à la fois, l’histoire de Narbonne et ce qu’il se fait de meilleur aujourd’hui en termes de technologies. »

Pour Christian Salés, l’enfant du pays, c’est un juste retour aux sources: « Je me suis entouré pour cela des meilleurs collaborateurs artistiques et techniciens ».

 

Voir des extraits du spectacle du groupe OC

http://www.youtube.com/watch?v=WQO6-3DlCBs

http://www.ocmusic.org/

 

Découvrir les ressources de Initial Project / Dealight Concept

Site http://dealight.fr/

Retrouvez Initial Project / Dealight Concept sur facebook

www.facebook.com/pages/Dealight-Initial-Project/112485622104316?ref=hl

Bar Dealight  gplan 51119Du « sur mesure » pour les organisateurs et prestataires de l’événementiel

Le concept bar dessiné par le bureau d’étude de Initial Project a été inauguré à la Grande Halle de La Villette à l’occasion de la « French Touch » organisée en mars dernier pour les 10 ans du Label Ed Banger. Au total, plus de 60 mètres linéaires en comptoirs et arrières bars travaillés selon la charte graphique et esthétique du sponsor négociant en boissons. Le concept bar Initial Project a séduit et la marque l’implante désormais dans les autres festivals où elle est partenaire: aux Solidays, Main Square Festival et aux Eurockéennes de Belfort.

Concept modulaire

Sur le modèle de la scénographie réalisée pour l’opération «Flower by Kenzo » Philippe Nozeran (Initial Project) a réalisé dans ses ateliers des éléments préfabriqués pouvant être rapidement montés et démontés sans qualification particulière. Le linéaire se construit à l’aide de panneaux allant de 1,50 m à 3 m de long. Les châssis sont réalisés en structure triangulée, solution qui permet l’aménagement d’unités de stockage au dos de l’arrière bar (Hauteur des panneaux 2,50 m). L’habillage de surface décoratif utilise un composé « sandwich » de feuilles d’aluminium et de plastique polyéthylène résistant aux chocs et aux UV. Le concept bar design laqué en usine est disponible dans une large palette de coloris, en finition satinée ou brillante. Initial Project assure également l’intégration des éléments d’information et de communication « marque » et « gamme produits » : Éclairage à Led, tube néon couleur, vidéo HD, PLV dynamique, interactive, sensorielle…

Etude et Réalisation: Philippe Nozeran / Initial Project

Designer de l’événementiel et du pérenne

Tel.  06 10 63 47 92

Email: phil.nozeran@dealight.com

Web: http://www.dealight.fr

Retrouvez-nous sur facebook 

Chargé de l’information :  Alain-marc Malga

Mob. 06 83 95 19 94

Complexe du RamierSpécialiste de la vente, de l’installation et de la location d’équipements son, lumière, vidéo et laser, la société Dealight Concept s’illustre également dans la prestation technique et la scénographie avec la création de comédies musicales itinérantes ou l’étude et la réalisation de projets imaginés pour le compte de marques prestigieuses (Flower by Kenzo). Une expertise que l’entreprise met au service de projets originaux et ambitieux (Fontaine musicale au Casino du Cap d’Agde).

Dealight Concept a conclu en début d’année le nouveau design et l’intégration des solutions de sonorisation et d’éclairage au sein du complexe discothèques du Ramier. Situé sur l’île du Ramier, au cœur de Toulouse, le complexe abrite trois discothèques: Le Studio One, ouvert le vendredi, le samedi, et parfois le jeudi pour les soirées étudiantes; Le Kléo Hot Pepper, un club « gay friendly », et le BM, un club cosy à vocation privative. Principal bénéficiaire de l’intégration, le Studio One s’est vu doter d’un lustre RVB à chaines et de lasers Cittadini 6W RVB. Une mise à niveau de l’éclairage d’animation qui recense, entre autres références, 22 lyres Servobeam Starway, 12 lyres wash Servo Color 300, 12 scans Contest 950 et une douzaine de rideaux à Led Chauvet. Ré-ouvert depuis le 7 mars, le complexe du Ramier figure dans le top des lieux festifs appréciés des clubbers toulousain.

Complexe du Ramier

1 avenue du Grand Ramier 31400 Toulouse

www.studioonetlse.fr

Etude et intégration: Philippe Nozeran Dealight Concepts

Tel 06 10 63 47 92

phil.nozeran@dealight.com
www.dealight.fr

Les scientifiques, l’industrie, le médical se sont accaparés cette technologie et ont développé des champs d’application infinis : usinage et gravure de matériaux, bistouri chirurgical, mesure de vitesse et de distances, lecture de CD et DVD, transmissions de données, imprimerie, armes de guerre… Les puissances utilisées vont du milliwatt au million de watt. Pour créer ces outils laser, des technologies innovantes ont été mise au point pour réduire les prix de revient et le rapport rendement /puissance électrique consommée. Et le laser dans le spectacle ? Le «Rayon vert » a rapidement intéressé les concepteurs de shows de lumières et quelques passionnés inventifs ont mis au point des systèmes pour animer ce faisceau et, grâce à la persistance rétinienne (nos yeux), générer des volumes dans des espaces enfumés. La « boîte à effets » était née : un assemblage complexe d’électro-aimants, de moteurs à vitesse ajustable, de miroirs de réflexion et de prismes diffractants. Reliée à une télécommande déportée, elle permettait au lasériste de jouer du laser sur la musique et apportait une dimension magique aux spectacles. En 1981, chacun s’extasiait devant une harpe laser concoctée par Bernard Szajner et Claude Lifante (premier concert de JmJ en Chine). Les laser utilisés dans les années 70 à 90 étaient refroidis par eau et pesaient plus de 100 kg avec leur alimentation. Une technologie à gaz (argon pour faisceau vert/bleu et krypton pour le rouge), consommant des kilowatts pour un faible rendement lumineux. Il fallait être déménageur, haltérophile, plombier, électricien et un peu artiste (aussi ) pour faire un show laser !

show laser Dealight © alain-marc malga

show laser Dealight © alain-marc malga

Extrait du dossier Laser publiée dans Sono Magazine de décembre 2012: Le laser, c’est show !

Avec la participation de Philippe Nozeran consultant Sonomag pour la réalisation de ce dossier

http://www.sonomag.com/Archives/Article,Go,bancs-essais,laser-animation-de-spectacle,Id,4299.htm

Image

 

de gauche à droite, Philippe Nozeran (Dealight Concept), Eric Grandmougin (Grandmougin Conseils) et Alain-Marc Malga (journaliste Sono Magazine)

Du 7 au 9 novembre, le Grimaldi Forum de Monaco a accueilli la troisième édition du salon international des professionnels de la nuit et de l’événementiel nocturne. Près de 10 000 visiteurs représentant 35 nationalités se sont déplacés cette année pour rencontrer les responsables des 100 marques représentées. La qualité du visitorat a été particulièrement appréciée par les exposants, qui ont pu nouer des contacts prometteurs. Un bilan très positif pour le MICS.

Les décisionnaires de 100 clubs français et internationaux étaient invités cette année pour participer à un programme de rendez-vous sur mesure. Ce programme a été accueilli avec enthousiasme par les exposants qui ont noté de la part des participants, une forte implication et de réelles intentions d’achat. Une très grande majorité d’entre eux s’étant rendue au salon avec un projet précis d’ouverture d’établissement ou de rénovation.  

La discothèque: « Création, aménagement – technique et règlementation » était justement l’un des thèmes de conférences développés durant cette édition du MICS. Les auditeurs ont pu apprécier la qualité du discours des conférenciers intervenants, professionnels expérimentés et reconnus;

Samy Chams

Fondateur & architecte d’intérieur chez Prospect Design

Prospect Design est implanté sur deux continents avec des clients venant du monde entier (design d’intérieur). La démarche: faire collaborer des architectes d’intérieurs passionnés chaque fois impliqués dans l’accomplissement d’un projet unique et innovant. Quelques références: La Gotha Club à Cannes; Movida Clubs Londres et Dubaï; L’Arc Club Paris; Palm Club à Cannes; Guilty Brotherhood à Paris (retail); Restautant Ornina à Abu Dhabi; L’Opium à Belgrade;

Eric Grandmougin

Ingénierie en audiovisuel et scénographie, Grandmougin Conseils,(ESIP et certification OPQIBI)

Quelques références: Etude de la sonorisation permanente palais omnisports de Paris-Bercy (POPB); Etude de la sonorisation du stade Charlety afin de la rendre conforme aux règlements de sécurité; Equipement audiovisuel d’une salle de conférence au siège de groupe DO, Videoprojection, vote électronique, sonorisation dispositif de projection;  Equipment son et lumière d’un espace d’exposition et spectacle de 2500m² au Centre de congrès DIAGORA;  Infrastructure et équipement son et lumière d’une salle de musique amplifiée à Echonova.  

Philippe Nozeran

Designer de l’événementiel et du pérenne

Bureau d’étude « projet » Initial Project et société de prestation Dealight Concepts

Quelques références: Scénographie et réalisation du Flower by Kenzo; Clubs discothèques le Pop Art à Castres, Complexe l’Esmeralda à Toulouse, Indigo et Vertigo, casino discothèques à Collioure; Tournée Burn 2010; Fontaine musicale et jeux d’eau au Casino du Cap d’Agde; Scénographie et réalisation de Terra Vinéa II, un voyage oenotouristique au centre de la terre ! Partenaire des Festivals Electro Beach (2011) Inox et United;    

Conférences disponibles en podcast sur infosbar.com / www.mics.mc

Le complexe discothèques du sud tarnais a changé de main et « l’affaire » n’est pas passée inaperçue. Les ambitions revendiquées des nouveaux propriétaires s’appuient sur l’expérience et l’expertise d’un installateur historique dans le secteur d’activité

Le complexe de 1800m2 est implanté entre Castres et Revel (Tarn), sur un domaine arboré de cinq hectares. C’est en 1982, sur l’initiative de l’ancien propriétaire, que les bâtiments ont été transformés et mis en conformité pour un usage commercial. Inauguré un an plus tard, le Roll’s n’a cessé de s’agrandir et d’améliorer son offre de divertissements (3 salles, piscine, extension parking de 1700 places, etc.).

Vingt ans plus tard, une estimation réalisée par un cabinet d’expertise chiffrait l’investissement à plus de six millions d’euros. Les nouveaux propriétaires ont déboursé 900.000 euros pour l’acquisition du fond et des murs et entendent consacrer entre 300.000 et 400.000 euros au relooking du complexe. Une mise à niveau des équipements techniques d’animation rendue nécessaire en raison de la substitution d’une partie des éléments de sonorisation, constatées entre la signature du compromis de vente et la remise des clés ( ! ). Le cas n’est pas isolé, d’où l’intérêt de dresser un inventaire par devant huissier avant la conclusion de l’acte de vente. Bref, les nouveaux propriétaires se sont retrouvés avec une diffusion hâtivement bricolée avec des enceintes d’entrée de gamme. sans conséquence aux dires de la direction qui a confié à la société toulousaine Dealight Concepts l’étude et l’installation son, lumière, vidéo, laser, le traitement acoustique et le ré-aménagement des salles.

Source: Magazine Sono n°378  Page 36 – mai 2012 :: Photos: Alain-Marc Malga – Texte: Alain-Marc Malga

©initial project philippe nozeran

Une pensée artistique associée à des réflexes techniques acquis

Le concept est né d’une expérience menée à la demande de la municipalité de Narbonne qui souhaitait créer une animation sur le thème de Noël. La réflexion a amené Initial Project à travailler l’idée de la magie de Noël, mais également de l’extrapoler, chaque fois avec un décor spécifique et une thématique principalement dédiée aux enfants, aux cultures et traditions.

Extrait de l’article d’Alain-marc Malga  publié dans RéalisaSon n°68 (mars – avril 2012)